[CitizenFour]

CitizenFour de Laura Poitras (2015)
CitizenFour de Laura Poitras (2015)

Auréolé de son Oscar 2015 du meilleur documentaire, le film de Laura Poitras explose les records du box office partout où il passe. Verdict rendu.

Il faut voir CitizenFour au cinéma. D’une part, parce que le déluge d’information reçu lors de la projection ne résistera pas à une vision dans un canapé. D’autre part parce que le montage et la mise en scène, appellent à la vision au cinéma : film en huis-clos, caméra qui scrutent les angoisses et ne sort d’une chambre d’hôtel que via les news sur les écrans ou quelques archives d’images aériennes, c’est un vrai thriller futuriste que la documentariste livre ici.

Il faut dire que Laura Poitras est loin d’être une inconnue. Ses deux derniers opus (My country, my country en 2006, et The Oath en 2010) traitaient tous les deux, avec plus ou moins de succès mais une vraie sensibilité, de l’influence américaine. Sur l’Irak, d’abord ; puis sur l’Afghanistan. Tout cela vu du coté des civils (My country, my country) ou d’antagonistes (d’anciens lieutenants de Osama ben laden dans The Oath).

D’Edward Snowden, au début du film, la réalisatrice ne sait rien, et le spectateur sait tout. Le film se déroule en effet au moment même où il décide de tout révéler. Il la contacte par e-mail, elle décide de se rendre au rendez-vous et de filmer la folle  semaine qui s’en suit. A la fois scrutatrice et actrice des événements (sans son aide, Snowden n’aurait probablement jamais réussi son coup), sa grande force est de faire monter peu à peu l’empathie du spectateur vers le personnage de Snowden lors de scènes courtes (l’alarme, la moustache) mais signifiantes, qui posent alors insidieusement la question aux spectateurs : aurions-nous été Edward Snowden ?Une question d’autant plus d’actualité qu’une loi similaire à celle dénoncée dans le film, permettant à la NSA d’écouter presque sans limite les conversations des citoyens américains sous couvert de lutte anti-terroriste, est en préparation en France.

C’est d’autant plus intéressant que le dernier documentaire du vénéré Errol Morris, The Unknown Known, n’a toujours pas trouvé distribution en France. Le film, que je vous engage à vous procurer par tous les moyens légaux et de visionner en duo avec CitizenFour, part du principe inverse : filmer en tête à tête Donald Rumsfeld, l’ancien Secrétaire d’Etat à la Défense et le confronter à ses contradictions, notamment celles qui l’ont amené à pousser Georges W. Bush à envahir l’Irak pour cause d’armes chimiques (non existantes).

Les deux films sont des visions indispensables et impeccables sur des événements contemporains. L’un au cœur de l’actualité (CitizenFour), l’autre au cœur d’un passé qui sculpte encore, tous les jours, les relations diplomatiques.

CitizenFour de Laura Poitras (2014). Avec Edward Snowden. Nombre d’entrées à prévoir : 75 000.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *