Regards sur nos assiettes

Un film pertinent dans sa thématique ne l’est pas forcément dans son traitement. Exemple avec Regards sur nos assiettes qui tente de jeter un autre regard… sur nos assiettes.

documentaire regards sur nos assiettesLe dispositif n’est pas nouveau : confier la caméra à six étudiants afin qu’ils enquêtent sur un sujet, ici la filière agro-alimentaire. On comprend bien la volonté et le symbole (étudiant = génération à venir) et le parti pris (Rhône-Alpes = campagne = changer le point de vue habituel très « urbain » sur la thématique), mais ce système en fait également la faiblesse : enfonçage de portes ouvertes et mocheté des images, du montage et problèmes de son vont devoir être subis par les spectateurs pendant 1h15.

Pour être honnête, il y a quand même du frais dans ce qui n’est finalement qu’un reportage étiré : le témoignage de nombreux agriculteurs interviewés donnent espoir, et changent des sempiternels « experts » des plateaux télé parisiens. C’est là le plus intéressant du film, malheureusement engoncé dans une dichotomie ahurissante (tout en oubliant d’interviewer l’autre parti, celui des vilains agriculteurs qui cultivent en intensif) et une naïveté insupportable (scoop : les circuits courts, c’est mieux pour tout le monde). On se demande ce que cela vient faire au cinéma.

Regards sur nos assiettes, un film de Pierre Boccu. 1h15. Bas Canal Production/ Distribution, Tapis volant, France Télévision. Sortie le 9 septembre 2015. Prévision : maximum 2 000 entrées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *